Les poissons Aloses (Alosa alosa (Linnaeus)) et les Twaite Shad (Alosa fallax (Lacepede)) font tous deux partie de la famille des harengs, Clupeidae. Cette espèce de poisson forme un grand groupe de poissons pélagiques que l’on trouve dans les mers du monde entier, à l’exception de l’Antarctique. La majorité d’entre eux sont des poissons marins, mais certains pénètrent en eau douce pour frayer.

Après le frai, leurs petits retournent ensuite à la mer pour grandir et quelques-uns vivent en permanence en eau douce.

Alose et Twaite Shad sont les deux seuls membres de la famille du hareng que l’on trouve en eau douce au Royaume-Uni. Les deux ressemblent à de gros harengs (les adultes peuvent peser plus de 2 kg) et étaient auparavant consommés en Grande-Bretagne avant que le nombre ne diminue et que la pêche ne s’effondre.

La grande alose a un dos foncé et une tache noirâtre sur l’épaule. Il n’a pas de ligne latérale, il y a 72 à 86 échelles des branchies à la voile – et de nombreux branchies fines (de 60 à 120) visibles en soulevant les branchies-couvertures. Cette espèce a une rangée de taches foncées sur la partie supérieure de chaque côté du corps, elle émigre vers la mer. La longueur maximale est de 76,2 centimètres et un poids maximal d’environ 3,6 kg.

Le poisson Twaite Shad est plus commun que le poisson alose avec la même apparence et les mêmes habitudes bien que beaucoup plus petit. Même à l’âge adulte, il conserve une rangée de taches foncées sur la partie supérieure du corps. Il n’y a pas de ligne latérale, les écailles sont plus petites et plus fermes (58 à 66 d’affilée des branchies à la queue). Les branchies sont courtes et rigides, numérotées de 30 à 45 ; ces caractéristiques distinguent le Twaite du Allis Shad.

Au milieu du XIXe siècle, les aloses étaient aussi précieuses que le saumon et, dans l’estuaire de la rivière Severn, elles représentaient environ le tiers des prises totales. L’alose allis et l’alose twaite ont décliné dans toute l’Europe et elles sont aujourd’hui absentes de nombreuses rivières où elles ont autrefois prospéré et soutenu une pêche florissante. Ils sont encore capturés et consommés dans certaines régions de France et dans d’autres pays européens.

Il a beaucoup souffert de la pollution, de la surpêche et de l’obstruction des cours d’eau et est maintenant un poisson rare dans la majeure partie de son aire de répartition. Bien que l’on croyait auparavant qu’ils frayaient dans certaines rivières britanniques, comme la rivière Severn, ils n’ont été capturés que rarement au cours des dernières années. Il n’existe actuellement aucun site de frai connu pour cette espèce en Grande-Bretagne.

En raison de ce déclin, ce poisson bénéficie maintenant d’une protection juridique considérable. Il est inscrit aux annexes IIa et Va de la Directive Habitats, à l’Annexe III de la Convention de Berne, à l’Annexe V du Wildlife and Countryside Act du Royaume-Uni (1981) et comme espèce prioritaire dans le Plan d’action pour la biodiversité du Royaume-Uni.