Manchot Adélie

Le manchot Adelie (Pygoscelis adeliae) est, avec le manchot empereur, l’un des deux seuls types de manchots vivant sur le continent antarctique. Cette espèce est commune le long de toute la côte antarctique et des îles voisines. Les manchots Adelie sont les plus petits des manchots vivant sur le continent Antarctique. Les manchots Adelie ont été nommés d’après la femme d’un explorateur français dans les années 1830.

Les manchots de l’Adelie nichent et se reproduisent sur les plages rocheuses et libres de glace dans de grandes colonies de dix mille oiseaux. Plus de 2,5 millions de couples reproducteurs vivent dans la région de l’Antarctique.

manchot Adélie
manchot Adélie

Caractéristiques du manchot Adélie

Les manchots Adelie mesurent 60 à 70 centimètres de long et pèsent environ 4 kilogrammes. Les marques distinctives sont l’anneau blanc qui entoure l’œil et les plumes à la base du bec. Ces longues plumes cachent la plus grande partie de leur bec rouge. Leur queue est un peu plus longue que celle des autres pingouins.

La migration des Manchots Adélie

Les manchots Adelie sont des manchots migrateurs et après la reproduction, ils ne retournent pas dans leurs colonies avant le printemps suivant. On sait peu de choses sur la répartition non reproductrice de cette espèce. Il n’y a que peu de rapports sur les manchots de l’Adelie pendant l’hiver antarctique.

Des travaux récents utilisant la télémétrie par satellite indiquent que les manchots de l’Adelie de la mer de Ross quittent cette zone à l’automne et migrent à environ 600 kilomètres au nord du continent Antarctique. Les juvéniles sont soupçonnés de voyager encore plus au nord que les adultes.

Le régime alimentaire

Les manchots de l’Adelie sont très dépendants des crustacés, comme le krill. Les poissons et les amphipodes peuvent aussi être des aliments communs à certains endroits pendant certaines saisons.

manchot Adélie
manchot Adélie

La reproduction du Manchot Adélie

Les manchots de l’Adelie arrivent à leurs aires de reproduction en octobre. Leurs nids sont constitués de pierres empilées les unes sur les autres. Les manchots Adelie mâles appellent les femelles avec un faible bruit guttural suivi d’un grand cri. Une manchot Adelie femelle pond typiquement deux œufs de couleur brune ou verte.

En décembre, mois le plus chaud de l’Antarctique (environ -2°C), les parents alternent les périodes d’incubation de l’œuf. Un parent va se nourrir et l’autre reste pour réchauffer l’œuf. Le parent qui est en incubation ne mange pas. En mars, les adultes et leurs petits retournent à la mer. Les pingouins Adelie doivent défendre leurs nids contre d’autres pingouins qui essaient de voler des cailloux, des pierres et d’autres matériaux de construction de nids. Les manchots Adelie ne boivent pas d’eau mais mangent de la neige. Ils ont une glande dans le nez qui retire le sel de l’eau de mer qu’ils avalent lorsqu’ils attrapent du poisson et mangent du poisson dans l’eau.

Manchot Adélie une espèce menacée

BirdLife International (2004). Manchot Adélie (Pygoscelis adeliae). Liste rouge de l’UICN 2006 des espèces menacées. UICN 2006. Consulté le 12 mai 2006. L’entrée dans la base de données comprend une justification des raisons pour lesquelles cette espèce est la moins préoccupante.