C’est de grosses abeilles poilues et sont des parents proches de l’abeille domestique. La plupart vivent en colonies  plus petites que celles des abeilles mellifères ou des guêpes qui peuvent avoir jusqu’à plusieurs milliers d’individus, leur colonie ne compte que 50 à 150 individus.

Les caractéristiques du bourdon bombus

On les reconnaît à partir de leur bourdonnement particulièrement bruyant. On peut les voir se balancer autour des fleurs et c’est une bonne indication que le printemps est là. Ces insectes sont généralement de couleur noire et jaune, bien qu’ils puissent être rouges et noirs ou orange.

Une autre caractéristique est la nature douce des longs poils qui couvrent tout leur corps. Il n’a pas d’oreilles, et on ne sait pas comment il peut entendre les ondes sonores qui passent dans l’air, mais il peut sentir les vibrations grâce aux poils qui recouvrent leurs corps. Le cœur, comme celui de la plupart des autres insectes, s’étend sur toute la longueur du corps. Leur corps gras est une réserve de nourriture.
Avant l’hibernation, les reines mangent autant qu’elles le peuvent pour emmagasiner le plus de graisses dans leur corps. La graisse stockée dans les cellules est épuisée pendant l’hibernation.

Piqure de bourdon

La femelle ouvrière a un dard et elles sont capable de piquer bien qu’elle ne soient jamais trop belliqueuse. Le mâle n’a pas de dard et ne peut pas piquer.Vous pouvez prendre un bourdon dans votre main et tant que vous ne le traitez pas brutalement, il ne vous piquera pas. Cependant, si vous le voyez couché sur le dos, il est préférable de ne pas le toucher. C’est une position défensive, ils se sentiront menacés et se risquent de vous piquer. Contrairement à l’abeille domestique, cette espèce ne laisse pas son dard dans la peau, ce qui signifie qu’il est capable de vous piquer plusieurs fois. Le poison qu’ils injectent avec une piqûre est inoffensif, mais peut être dangeureux pour les personnes allergiques aux piqûres de guêpes ou d’abeilles.

bourdon

La reproduction

Tout comme les mammifères, ces insectes contrôlent leur température corporelle. Ils peuvent contracter les muscles qu’ils utilisent pour bouger leurs ailes. En contractant rapidement les muscles des ailes, ils produisent leur propre chaleur corporelle. Vous pouvez parfois le trouver immobile sur le sol ou sur une fleur. Il n’est pas mourant ou malade, mais il réchauffe simplement son corps et il est incapable de voler à cause du détachement de son muscle de l’aile. Ils gardent une température corporelle de 34 à 38 degrés Celsius, c’est pourquoi il est fréquent de les voir même les jours plus froids et pluvieux au printemps et en été.

Ce n’est qu’en hiver, lorsque les températures chutent, que les reines hibernent. Cependant, les abeilles mellifères ne deviendront actives que lorsque les températures seront supérieures à 15 degrés centigrades.

Régime alimentaire des bourdons

Ces insectes ne stockent pas de nourriture (miel) pour survivre à l’hiver. Le peu de nourriture qu’ils emmagasinent est conservé pour nourrir les larves et la reine productrice d’œufs, ou est utilisé pour survivre aux jours froids, venteux et pluvieux. Comme leurs parents, les abeilles, Ils se nourrissent de nectar et recueillent du pollen pour nourrir leurs petits.

Comme les guêpes sociales, leur colonie mourra à la fin de l’été. Les nouvelles reines trouveront alors un endroit pour hiberner pendant l’hiver, habituellement sous terre et émergeront pour trouver une nouvelle aire de nidification prête à commencer une nouvelle colonie au printemps.

Pollinisation et les bourdons

Ce sont des pollinisateurs très importants pour de nombreuses plantes, fleurs et arbres fruitiers. Il est très intéressant de les observer tranquillement au travail. Regardez-les dans votre jardin – sans les déranger – et voyez comme ils sont fascinants. Ces insectes visitent généralement les fleurs présentant le syndrome de pollinisation. Ils peuvent visiter des parcelles de fleurs jusqu’à 1 à 2 kilomètres de leur colonie. Ils ont également tendance à visiter les mêmes parcelles de fleurs tous les jours, tant que le nectar et le pollen seront disponibles.

En quête de nourriture, les bourdons peuvent atteindre des vitesses au sol allant jusqu’à 50 kilomètres à l’heure. Chez quelques espèces, une fois qu’ils ont visité une fleur, ils laissent une marque olfactive sur la fleur. Cette marque olfactive empêche les autres de visiter la fleur jusqu’à ce que l’odeur disparaisse. Une fois le nectar et le pollen recueillis, ils retournent au nid et déposent le nectar et le pollen récoltés dans les cellules à couvain ou les cellules de cire pour le stockage.

Contrairement aux abeilles, ces insectes entreposent que quelques jours de nourriture et sont donc beaucoup plus vulnérables aux pénuries alimentaires. Cependant, comme les bourdons sont beaucoup plus opportunistes que les abeilles mellifères, ces pénuries peuvent avoir des effets moins profonds. Le nectar est stocké essentiellement sous la forme sous laquelle il a été récolté, plutôt que d’être transformé en miel comme c’est le cas chez les abeilles. Il est donc très dilué et aqueux et est rarement consommé par l’homme.

Les bourdons une espèce menacée ?

Jusqu’à une date relativement récente, 19 espèces ont été reconnues ainsi que six espèces de bourdons coucous. De ce nombre, trois ont déjà disparu, huit sont en grave déclin et six seulement sont encore très répandus. Une diminution de leur nombre pourrait entraîner des changements à grande échelle dans les campagnes, en raison d’une pollinisation inadéquate de certaines plantes. Ces insectes sont une espèce en voie de disparition.