Le singe des marais d’Allen (Allenopithecus nigroviridis) est une espèce de primate qui est classée dans son propre genre Allenopithecus dans la famille des singes du vieux monde. Le singe des marais d’Allen se trouve dans le bassin du Congo, en République du Congo et dans l’ouest de la République démocratique du Congo.

Allen’s Swamp Monkey est un singe de construction assez robuste avec une peau grise/verte. Le visage des Allen’s Swamp Monkeys est rougeâtre avec de longs faisceaux de poils sur les joues. Le léger palmage des doigts et des orteils indique un mode de vie partiellement aquatique. Le Singe des marais d’Allen peut atteindre une longueur de corps complète de 45 à 60 centimètres avec une queue de 50 centimètres de long. Les mâles, pesant jusqu’à 6 kg, sont beaucoup plus gros que les femelles qui pèsent jusqu’à 3,5 kg.

La taille moyenne d’un groupe est d’environ 40 personnes. Ces grands groupes sont divisés en sous-groupes de 2 à 6 individus qui, ensemble, cherchent de la nourriture. Les sites de couchage en groupe sont généralement situés près de l’eau, les sites de couchage deviennent des endroits réguliers et sont utilisés de façon répétée. Le singe des marais d’Allens a un système social multi-multifemelle.

Le singe des marais d’Allen fait un grognement qui est utilisé pour maintenir le contact entre les membres du groupe. Les individus se toiletteront les uns les autres pour éliminer les peaux mortes et les parasites. Ce type de comportement renforce les liens entre deux individus.

Le singe des marais d’Allen habite des régions marécageuses et riches en eau. Ce sont de très bons nageurs et ils savent bien plonger. Lorsqu’ils sont menacés, ils peuvent plonger rapidement dans l’eau pour éviter tout danger.

Le singe des marais d’Allen est un animal diurne (actif le jour et dormant la nuit) qui cherche régulièrement de la nourriture sur le sol. Le régime alimentaire d’Allen’s Swamp Monkeys se compose de fruits et de feuilles ainsi que de coléoptères, de vers et d’autres petits invertébrés. Ils consomment également des vertébrés, y compris des poissons d’éclosion qui sont prélevés dans le lit des rivières pendant la saison sèche.

La durée de vie des singes des marais d’Allen peut aller jusqu’à 23 ans. Ils ont tendance à vivre plus longtemps en captivité qu’à l’état sauvage.

On sait peu de choses sur les habitudes d’accouplement du singe des marais Allen. Ce que l’on sait, c’est que les femelles donnent naissance à une seule progéniture, qui est sevrée en 3 mois et arrive à maturité après 3 à 5 ans. La plupart des naissances au sein de cette espèce ont lieu en juin.

Les rapaces, les serpents et le bonobo comptent parmi les ennemis naturels du singe des marais d’Allen. Contrairement à d’autres primates, son habitat marécageux n’est pas si fortement exposé au danger des forêts. Cependant, il est chassé pour sa viande par l’homme. Le singe des marais d’Allen est presque menacé par la chasse et la destruction de son habitat, selon la liste de l’UICN.

Inge Patas, genre Érythrocebus

Le Singe Patas (Erythrocebus patas) est un singe vivant au sol distribué en Afrique de l’Ouest. C’est la seule espèce classée dans le genre Erythrocebus. Il existe deux sous-espèces de Patas Monkey, l’Erythrocebus patas patas (Common Patas) et l’Erythrocebus patas pyrrhonotus (Nisnas).

Le Nisnas a un nez blanc et le singe commun Patas a un nez noir. Les singes Patas sont les primates terrestres les plus rapides du monde. Un singe patas mâle est capable de courir au moins 35 miles par heure. Dans la nature, les singes Patas passent plus de temps sur le sol que tout autre singe.

Le plan corporel d’un singe patas ressemble remarquablement à celui d’un chien lévrier. Il a les mêmes longues pattes, un corps étroit et une cage thoracique proéminente. Ses longues pattes lui donnent un énorme pas de dopage en course à pied. En raison de leur vitesse, de leur couleur et de leur démarche, les singes Patas ont souvent été pris pour des guépards en courant.

Les singes Patas sont de couleur feu rougeâtre avec des visages très expressifs et fouettés. Les moustaches sont assises sur un menton gris et elles ont des moustaches blanches  » militaires « . Les singes patas atteignent une longueur de 85 centimètres, à l’exception de la queue, qui mesure 75 centimètres et pèse en moyenne 18 livres à l’âge adulte. Comme tous les singes de l’Ancien Monde, ils ont des mains bien développées avec un pouce opposable. Le singe Patas est aussi connu sous les noms de  » singe danseur « ,  » singe hussard « ,  » singe militaire « ,  » singe rouge  » et  » singe sergent-major « . Les singes mâles Patas ont proportionnellement les canines les plus longues de tous les primates.

Une troupe de singes Patas ne compte généralement qu’un seul singe mâle adulte et 4 à 10 singes femelles. D’autres mâles Patas vivent seuls ou en groupes de célibataires. C’est la femme du grade le plus élevé qui est responsable de la troupe, pas l’homme. Le singe Patas mâle passe une grande partie de son temps perché haut dans les arbres ou les affleurements rocheux, à l’affût des prédateurs et autres dangers. Les mâles qui vivent dans les groupes de célibataires s’approchent à l’occasion d’une troupe de femelles et s’attaquent à leur singe mâle célibataire pour tenter de le chasser et de prendre sa place. De tels incidents sont assez fréquents et biologiquement souhaitables dans la mesure où ils empêchent la consanguinité. Lorsqu’ils sont détendus, les singes Patas se penchent en arrière et mettent les pieds en l’air. Bien que généralement tranquilles, les singes Patas aboient lorsqu’ils rencontrent une autre troupe. Les singes patas évitent les forêts et vivent dans les savanes sans arbres et les semi-déserts. Ils vont du Sénégal à l’Éthiopie et du sud à la Tanzanie. Les singes patas sont omnivores mais dépendent surtout des gousses, des graines, de la bile, des jeunes feuilles, de la gomme et des fleurs des arbres acadia. Ils mangent aussi de l’herbe, des baies, des graines, des fruits, des insectes, des œufs, des lézards, des tubercules et des jeunes oiseaux. Le singe Patas peut stocker autant de nourriture dans ses joues qu’il peut rentrer dans son estomac.

Le singe Patas a une durée de vie de 15 à 20 ans dans la nature et plus de 20 ans en captivité. Les femelles Patas atteignent la maturité sexuelle vers l’âge de 2 ans et demi. Les mâles atteignent la maturité sexuelle à l’âge de 3 ans et demi à 4 ans et demi. La période de gestation dure environ 167 jours, après quoi la femelle donne naissance à un seul petit.

Les principaux prédateurs des singes Patas sont les léopards, les guépards, les aigles, les hyènes et les chacals. Si un prédateur s’approche, les singes Patas mâles toujours vigilants créent une diversion. Rebondissant bruyamment sur les buissons ou les arbres, il attire l’attention sur lui et éloigne les femelles et les jeunes. Cela donne au reste de la troupe le temps de fuir silencieusement ou de se cacher dans l’herbe longue. De plus, la coloration des Patas leur permet d’utiliser leur environnement de savane comme camouflage.

Le singe patas n’est pas inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition ou menacées, bien que la destruction de l’habitat, le pâturage intensif du bétail et la conversion des zones de savane en terres agricoles aient réduit l’habitat disponible pour le singe patas. Cependant, dans certains cas, la déforestation a transformé des zones autrefois humides en zones de savane plus sèches. En retour, cela augmente en fait l’habitat convenable pour les singes patates.

Talapoin Du Gabon ou de l’Angola, genre Miopothèque

Les singes Talapoin sont les deux espèces de singes de l’Ancien Monde classées dans le genre Miopithecus. Les singes Talapoin vivent en Afrique centrale et leur aire de répartition s’étend du Cameroun et de la République démocratique du Congo à l’Angola.

Il est d’usage de ne reconnaître qu’une seule espèce du genre Miopithecus talapoin, le Talapoin angolais, mais la population du Cameroun (au sud du fleuve Sanaga), du Rio Muni et du Gabon peut être distinguée comme une espèce distincte, Miopithecus ogouensis le Talapoin du Gabon.

Singe Talapoin
Gabriel Villena from Albacete, España [CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons
Les singes Talapoin sont les plus petits singes de l’Ancien Monde et ont presque certainement évolué à partir d’un ancêtre plus corsé par nanisme. Son pelage est grossièrement strié de jaune et de noir sur la face dorsale et de blanc ou de blanc grisâtre sur la face ventrale. Leur tête est ronde et leur museau court avec un visage glabre. Leur nez est noir et la peau bordant le visage est également noire. Chez les mâles, le scrotum est coloré en rose en dedans et en bleu latéralement.

Il y a un léger dimorphisme sexuel dans la taille corporelle. La longueur moyenne de la tête et du corps est de 16 pouces (40 centimètres) et la longueur moyenne de la queue est de 21 pouces (52,5 centimètres). Les talapoins pèsent 3lb 1 oz (1380 grammes) pour les mâles et 21b 10oz (1120 grammes) pour les femelles.

Les singes Talapoin sont à la fois diurnes et principalement arboricoles, bien qu’ils puissent parfois descendre au sol en quête de nourriture. Les singes Talapoin sont de bons nageurs et dorment généralement sur des branches surplombant les rivières afin de pouvoir plonger pour échapper aux prédateurs.

Les singes Talapoin vivent en grands groupes de 60 à 100 animaux. Ils se rassemblent la nuit dans les arbres près de l’eau, se divisant en sous-groupes plus petits pendant la journée afin de se disperser pour trouver de la nourriture. Les groupes sont composés de plusieurs mâles adultes, de nombreuses femelles et de leur progéniture. Contrairement aux Guenons qui leur sont étroitement liés, les singes Talapoin n’ont aucun comportement territorial. Les singes Talapoin aiment jouer et cela se passe surtout entre les jeunes, mais les adultes jouent aussi. Les singes Talapoin ont deux types de jeu – la lutte qui comprend l’attrapage et l’agrippement et parfois la course à pied qui comprend la poursuite rapide d’un individu par un autre. Les talapoins masculins ont tendance à s’adonner à des jeux sociaux plus souvent que les talapoins féminins.

Le répertoire verbal des singes Talapoin est plutôt plus petit bien que lorsqu’un individu attaque, il le regarde et donne des  » pépiements de pantalon  » à d’autres individus qu’il n’attaque pas et ils répondent en se joignant à l’attaque. Comme chez tous les primates, la communication chez cette espèce est susceptible d’être complexe. Les primates utilisent à la fois les vocalisations et les signaux visuels (comme la posture du corps et les expressions faciales) pour communiquer avec les con-spécifiques. De plus, la communication tactile peut jouer un certain rôle dans le maintien des liens sociaux, par exemple sous la forme d’un toilettage. Certains primates utilisent la communication chimique, surtout dans les contextes de reproduction.

Les singes Talapoin sont omnivores et se nourrissent principalement de fruits, de graines, de plantes aquatiques, d’insectes, de coquillages, d’œufs d’oiseaux et de petits vertébrés.

L’âge le plus élevé enregistré pour un singe Talapoin en captivité est de 28 ans, alors que l’espérance de vie à l’état sauvage n’est pas bien connue, mais elle sera probablement inférieure à celle observée en captivité. Une femelle de 160 jours de gestation (généralement de novembre à mars) donne naissance à un seul petit. Les petits sont très gros et bien développés (les nouveau-nés pèsent plus de 200 grammes et représentent environ un quart du poids de la mère) et se développent rapidement. Dans les 6 semaines qui suivent, ils mangent des aliments solides et sont indépendants à l’âge de 3 mois.

Les prédateurs du Singe Talapoin comprennent les léopards, les chats dorés, les genettes, les rapaces, les grands serpents et les moniteurs du Nil. Les singes Talapoin peuvent aider à disperser les graines des fruits qu’ils mangent et à contrôler les populations d’insectes. Ils sont également des proies importantes pour les prédateurs de taille moyenne à grande. Les singes Talapoin ne sont actuellement pas considérés comme menacés. Ils sont parfois chassés comme source de viande de brousse, bien que leur petite taille les rend relativement peu rentables.