Le Phragmite aquatique

Le Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola) est un phragmite ancien qui se reproduit en Europe orientale tempérée et en Asie occidentale. Sa population est estimée à 15 000 couples. C’est une paruline de taille moyenne, mince au plumage de couleur sable avec de fines stries noires variables. D’autres caractéristiques d’identification sont une couronne de couleur sable et une queue en pointe. Les mâles et les femelles sont d’apparence semblable et les juvéniles n’ont pas de stries sur la poitrine et les flancs. Le chant de ces oiseaux est un « ya-ya-ya-ya » rapide et bavard, ponctué de sifflets typiquement acrocephaliques (parulines).

Le régime alimentaire et lieux de vie des Phragmites

Comme la plupart des parulines, elle est insectivore, mais elle mange d’autres petits aliments comme les baies. Le Phragmite aquatique est un oiseau migrateur qui passe des hivers froids en Afrique de l’Ouest. Après de nombreuses années d’incertitude, les aires d’hivernage d’une grande partie de la population européenne ont finalement été découvertes dans le refuge national d’oiseaux du Djoudj, au Sénégal, avec entre 5 et 10 000 oiseaux présents sur ce seul site.

La reproduction

Ce petit passereaux est une espèce que l’on trouve dans les lits de carex humides dont la végétation a une taille inférieure à 30 centimètres. Le drainage a entraîné le déclin de cette espèce et son bastion est aujourd’hui la région de Polésie, au sud du Bélarus, où se reproduisent 70% de la population mondiale. Après l’accouplement et la gestation, 3 à 5 œufs sont pondus dans un nid dans une végétation basse. La plupart des mâles et des femelles ayant des petits avec de multiples partenaires. Les œufs sont bruns et tachetés de gris jaunâtre.

Une espèce menacées

Cette espèce est inscrite sur la Liste rouge des oiseaux de conservation préoccupants. Protégé en vertu de la loi de 1981 sur la faune et la flore sauvages, de l’annexe I de la directive « Oiseaux » de la CE et de l’annexe II de la convention de Berne.