Le Boa & le Boa constrictor

Le Boa réside en amérique du sud ,aux antilles, au nord du Mexique et de l’Argentine. Les serpents de cette espèce peuvent être vus dans toute la forêt et parfois dans les grottes au large des côtes. Il vit dans les savanes humides ou sèches et les zones semi-arides et dans les forêts tropicales.

Ils ont deux sous-familles : Boinae ou vrais boas et Erycinae ou boas de sable. Les pythons sont parfois classés comme une sous-famille de Boidae, mais sont fréquemment répertoriés dans leur propre famille, les Pythonidae. Les bacs à sable sont également fréquemment répertoriés dans leur propre famille, les Erycidae.

Le Boa constricteur (Boa constrictor)

Cette espèce varie en fonction des couleurs du brun rosâtre au gris avec des marques le long de leur corps. Il est le plus grand serpent de la forêt de Belize, atteignant une longueur de 3,5 mètres de la tête à la queue. Cette espèce a de grandes dents courbes qui sont utilisées pour saisir les proies et les diriger vers leur estomac une fois attrapé. Le plus long jamais enregistré fait 4,5 mètres de long, c’est plus de 3 fois plus long que vous ou moi si vous êtes environ 5 mètres de haut. Les femelles sont généralement plus grands que les mâles. Ils contiennent de nombreuses sous-espèces basées sur la localité. Ceux du bassin amazonien sont les plus colorés, avec des queues d’un rouge cerise brillante. On disait qu’ils étaient des serpents du Nouveau Monde et que les pythons étaient des serpents de l’Ancien Monde, mais avec les boas trouvés à Madagascar, aux Fidji et aux îles Salomon, ce n’est pas tout à fait vrai. Au lieu de cela, il est possible que les boas aient survécu dans des régions isolées du point de vue de l’évolution.

La sous-famille Erycinae

Comparativement aux vrais boas, les érythrocytes sont assez petits, la plupart des membres restant bien en dessous d’un mètre de longueur. On a trouvé des érythrocytes fossiles dans des strates rocheuses vieilles de plus de 50 millions d’années, qui étaient autrefois très répandues en Amérique du Nord. Aujourd’hui, il ne reste plus que deux espèces en Amérique du Nord, ainsi que les bancs de sable en Afrique, en Asie et dans le sud-est de l’Europe. Au moins trois espèces d’érythrocytes pondent des œufs : le Calabar, (Calabaria reinhardtii) (autrefois classé python pour cette raison), le Arabian Sand, (Eryx jayakari) et le West African Sand, (Eryx muelleri).

Les sous-espèces le sont :

  • Calabarinae (Calabar Python)
  • Charina (Boas caoutchouc)
  • Eryx (boas de sable)
  • Gongylophis (boa à queue rouge)
  • Lichanura (boa rosé, parfois assimilé à Charina)

La sous-famille Boinae

Les serpents de la sous-famille des Boinae se trouvent à Madagascar, en Papouasie, dans les îles du Pacifique et dans les Néotropics. Il a été suggéré que les genres à l’intérieur de chacune de ces zones particulières ne forment pas de groupes monophylétiques (groupes constitués d’un ancêtre commun inféré et de tous ses descendants).

Les sous-espèces le sont :

  • Acrantophis (boa de Dumeril)
  • Candoia (boas du Pacifique)
  • Corallus (Arbre boas)
  • Epicrates (Rainbow boas)
  • Eunectes (Anacondas)
  • Sanzinia (Boa de Madagascar)

Le régime alimentaire du Boa

Ils peuplent facilement les zones où il y a de la nourriture comme les rongeurs et les oiseaux. Ce serpent se nourrit également de lézards, de petites mamifères…

Son comportement

Il n’a pas de venin comme beaucoup d’autres serpents, mais lorsqu’il est menacé, il siffle et frappe son adversaire, sa morsure peut être très, très douloureuse. Ils utilisent la constriction pour étouffer leur proie. Quand la proie a été étouffée, le boa l’avale entière. Ils prennent plusieurs semaines pour digérer complètement leur nourriture. Ces serpents utilisent des  » fosses sensibles à la chaleur  » sur leur tête pour sentir ce qui les entoure car ils ont une mauvaise vue.

Le mode de reproduction du Boa

Contrairement à beaucoup d’autres reptiles et serpents le boa est ovovivipare, ils donnent naissance à des petits au lieu de pondre des œufs. La femelle peut donner naissance de 10 à 64 petits à chaque portée.