La fourmis

Depuis plus de 100 millions d’années, les fourmis vivent sur Terre. On les trouve presque partout sur la planète. En 2006, on dénombrait 11 880 espèces de fourmis connues, dont la plupart vivent dans des climats chauds.

Elles font partie de la famille des insectes sociaux, ce qui signifie qu’elles vivent dans des colonies organisées. La famille des fourmis est connue sous le nom de Formicidae de l’ordre :

Hyménoptères (Un ordre d’insectes hautement spécialisés avec une métamorphose complète qui comprend les abeilles, les guêpes et les fourmis qui s’associent souvent en grandes colonies avec une organisation sociale complexe).

Les caractéristiques

Il existe une grande diversité parmi les fourmis et leurs comportements. La taille varie de 2 à environ 25 millimètres. Leur couleur peut varier, la plupart sont rouges ou noires, mais d’autres couleurs peuvent également être vues, y compris certains groupes tropicaux avec un lustre métallique.

 

 

Leur comportement

Ils représentent l’un des groupes d’insectes les plus réussis dans le règne animal. Ils présentent un intérêt particulier parce qu’ils sont un insecte social et forment des colonies ou des nids très organisés qui comptent parfois des millions d’individus. Les colonies d’espèces de fourmis envahissantes travaillent parfois ensemble et forment des super-colonies qui couvrent une très grande superficie de terrain. Les colonies sont parfois décrites comme des super organismes parce qu’elles semblent fonctionner comme une seule entité.

Ils ont colonisé presque toutes les masses continentales de la Terre. Ils peuvent constituer jusqu’à 15% de la biomasse animale totale d’une forêt tropicale humide ; en Amazonie, le poids de toutes les fourmis serait quatre fois supérieur à celui des tétrapodes de la même région. On estime également que le poids combiné de toutes les fourmis dépasse celui de l’humanité.

Fourmis et pucerons

De nombreuses fourmis mangent le liquide sucré appelé  » miellat  » excrété par les pucerons. Certaines espèces gardent et protègent les pucerons – parfois même dans leurs propres nids. Les elles transportent les pucerons d’une plante à l’autre et transportent les œufs dans leur colonie pour l’hiver. Elles défendent également les pucerons contre les insectes prédateurs, comme les coccinelles et les chrysopes, en les attaquant en grand nombre. Le miellat est un des aliment préféré des fourmis !

 

 

 

La communication des fourmis

La communication de fourmi est accomplie principalement par des produits chimiques appelés phéromones. Comme la plupart des fourmis passent leur temps en contact direct avec le sol, ces messages chimiques sont plus développés que chez les autres hyménoptères. Ainsi, par exemple, lorsqu’une ouvrière trouve de la nourriture, elle laisse une traînée de phéromones sur le sol sur le chemin du retour. La maison est typiquement localisée par l’utilisation de repères mémorisés et la position du soleil telle que détectée par les yeux composés et aussi au moyen de fibres spéciales détectant la polarisation du ciel dans les yeux.

La cohabitation avec les humains

Elles sont utiles pour éliminer les insectes nuisibles et aérer le sol. D’un autre côté, ils peuvent devenir des ravageurs lorsqu’ils envahissent les maisons, les cours, les jardins et les champs. Les fourmis charpentières endommagent le bois en le creusant pour y nicher. Les nids peuvent être détruits en suivant les traces des fourmis jusqu’au nid, puis en y versant de l’eau bouillante pour tuer la reine. La craie ordinaire peut être utilisée pour les tenir à distance ; tracer une ligne ou un cercle autour de la zone protégée peut les empêcher d’entrer.

Dans certaines parties du monde, de grandes fourmis ont été utilisées comme points de suture en pressant la plaie ensemble et en appliquant des fourmis le long de celle-ci. La fourmi en attitude défensive saisit les bords dans ses mandibules et se verrouille en place. Le corps est alors coupé et les mandibules peuvent rester en place jusqu’à trois jours en fermant la plaie.

Certaines espèces, appelées fourmis tueuses, ont tendance à s’attaquer à des animaux beaucoup plus gros en quête de nourriture ou pour défendre leur nid. Les attaques humaines sont rares, mais les piqûres et les morsures peuvent être très douloureuses et en assez grand nombre peuvent être invalidantes.

Les fourmilières

Une fourmilière, dans sa forme la plus simple, est un amas de terre, de sable, d’aiguilles de pin, d’argile ou d’un composite de ces matériaux et d’autres matériaux qui s’accumulent à l’entrée des habitations souterraines des colonies de fourmis à mesure qu’elles se développent. Une colonie est construite et entretenue par des légions d’ouvrières, qui transportent de minuscules morceaux de terre et de végétation dans leurs mandibules et les déposent près de la sortie de la colonie. Elles déposent normalement la saleté ou la végétation au sommet de la colline pour l’empêcher de glisser de nouveau dans la colonie. Elles déposent normalement la saleté ou la végétation au sommet de la colline pour l’empêcher de glisser de nouveau dans la colonie.

Cependant, certaines espèces sculptent les matériaux dans des formes spécifiques et peuvent créer des chambres de nidification à l’intérieur du monticule.

Une colonie de fourmis est un repaire souterrain, les colonies se composent d’une série de chambres souterraines, reliées entre elles et à la surface de la terre par de petits tunnels. Il y a des pièces pour les pépinières, l’entreposage des aliments et l’accouplement. Ce sont des insectes propres et structurées. Certaines ouvrières sont chargées de ramasser les déchets du nid et de les déposer à l’extérieur dans une décharge spéciale. Chaque colonie a sa propre odeur. De cette façon, les intrus peuvent être identifiés immédiatement. De nombreuses espèces, comme la fourmi rouge commune, ont une dard qu’elles utilisent pour défendre leur nid.

Certaines espèces de ces insectes sont connues pour attaquer et prendre le contrôle des colonies d’autres espèces de fourmis. D’autres sont moins expansionnistes mais tout aussi agressives : elles attaquent les colonies pour voler des œufs ou des larves qu’ils mangent ou élèvent comme ouvrières. Certaines espèces, comme les fourmis amazoniennes, sont incapables de se nourrir, mais doivent compter sur les ouvrières capturées pour prendre soin d’elles.